Récit d’un couple en club libertin: Mélu, la rencontre…

mai 25

Récit d’un couple en club libertin: Mélu, la rencontre…

Le récit d’un couple libertin qui, un soir en club, rencontre Mélu.

Une belle histoire commence alors pour eux…

 

 

 

 

_____________________________________

Mélu, la rencontre

 

23 h.

On s’ennuyait à mourir sur nos tabourets de bar dans un club désert. Désert pas tout à fait car on était trois couples. Et même si les autres étaient peut être moins âgés que nous, on savait bien que c’étaient des vieux.

Alors ça faisait deux heures qu’on discutait avec les patrons, de tout, de rien, des gosses, du commerce. On avait envie de partir. La petite lumière bleue s’est allumée et Patrick nous a laissés pour aller ouvrir. C’était en plein hiver 2010. Froid.

On l’a vu revenir avec une femme, assez jeune mais habillée en jean et col roulé. Il a fait le tour du club avec elle. Nous, mauvaises langues comme d’habitude, on se disait : « Bin s’il en est à laisser entrer une nana en jean-col roulé c’est que le commerce va mal… ». Oui, bon, nous aussi certains jours on est un peu cons….

Et on le voit discuter longuement avec elle au milieu de la piste… déserte évidemment. La nana repart vers les vestiaires, on se dit : « elle s’est trompée d’endroit, elle s’en va ». Patrick revient derrière son bar et nous fait un clin d’œil. On ne comprend pas.

Ca ne va pas durer.

Elle revient des vestiaires. String, soutien-gorge, petites chaussures… Et vient directement vers nous. On a beau être des habitués, l’approche nous surprend, autant que le regard et le ton. On discute… banalités… trente secondes. Elle va nous expliquer ce qu’elle cherche ( une femme !), qu’elle est infirmière ( menteuse !) et que c’est un collègue qui lui a donné cette adresse, que c’est la première fois qu’elle vient en club et que c’est la première fois qu’elle « libertine ».

Petit aparté sur les infirmières… histoire de vous faire attendre… J’ai vécu avec une infirmière, connu plusieurs, ce sont toutes des emmerdeuses ! Entre celles qui nettoient la cuisine, les placards toutes les semaines à l’alcool et même popaul avant chaque rapport, et celles qui sont crades comme des truies… invivables.

Bon, ceci dit.. poursuivons.

Nous ne nous séparons jamais. Sauf, sauf… lorsque G a une occasion rare avec une femme. Et c’est le cas. G et Mélu (oui, on l’appellera Mélu, vous saurez plus tard pourquoi) choisissent un coin câlins et hop…. Un quart d’heure plus tard G vient me chercher et me dit que Mélu est d’accord  pour que je regarde. Moi pas tout à fait dupe, je me doute bien que c’est surtout pour faire la police vu que les deux couples de vieux ont senti l’odeur de la chair fraîche.

Donc…

Moi sagement assis au bord je regarde. Distraitement car je connais le film par cœur. Et je surveille les spectateurs.

Ces dames jouent. Mais en plus elles parlent, à voix basse. Ca m’étonne car ce n’est pas le genre de G. Elle parle avant, après, jamais pendant. Le compte rendu me sera donné le lendemain.

Mélu demande à G : « Et ton mari, il est toujours aussi sage ? ». G répond que je ne vais jamais au delà de ce qui est demandé.

Mélu me regarde et me dit « Viens là toi ! ». Etonné mais ravi… j’exécute.

Le trio HFF est un fantasme répandu chez les hommes. Entrer dans cette configuration est le rêve de beaucoup de libertins, en sortir indemne est un cauchemar. Vous êtes pompier, deux incendies sont allumés, vous n’avez qu’une seule lance et une quantité de liquide limitée. Un cauchemar. D’autant plus que si vous éteignez l’un plus que l’autre vous encourez des foudres. Ca ne sera pas le cas ce soir là. Pas de foudres.

On aura un mail de Mélu dès le lendemain matin. Même une reco sur un site où elle s’est inscrite spécialement pour la faire. Mais je ne garde pas les recos. Mélu envisage une suite, elle la propose même. On en parle avec G qui me fait le compte rendu des papotages de la nuit.

Là, il me faut une chaise pour m’asseoir. Et digérer les infos.

Un nom a été cité par Mélu qui m’oblige à croire à ce qu’elle a dit. Un nom que je connais bien même si nous ne fréquentons pas les mêmes lieux ni les mêmes personnes.

Ne rêvez pas, ce nom nous ne le donnerons jamais même si des centaines de personnes autour de nous le connaissent. On ne tient pas du tout qu’un lien soit fait avec nous, on tient à notre anonymat ;)


3 commentaires

  1. coquindu60 /

    on reste quand même sur notre faim !

  2. Merci pour votre récit coquin, j’y ai pris beaucoup de plaisir à le lire.

  3. Ca c’est de l’histoire coquine !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir les lettres contenues dans le rectangle pour valider votre commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers